Le quotidien des lutteurs de sumo

Selon les chroniques, le premier duel a opposé les dieux shintoïstes Takemikazuki et Takeminakata, qui se disputaient le pouvoir sur les îles japonaises. Takemikazuki en est sorti victorieux, c’est pourquoi les empereurs japonais le considèrent comme l’ancêtre de leur dynastie.

Cependant, ce ne sont pas les divinités imaginaires qui sont reconnues comme le fondateur du Sumo, mais le véritable lutteur, Nomi no Sukune. On sait qu’au début de notre ère, il a participé à des combats au palais de l’empereur Suinin pour célébrer une bonne récolte. Nomi no Sukune a d’abord brisé la côte de son adversaire Taima no Kehai, puis lui a cassé le bas du dos avec la même jambe.

C’est vrai, les lutteurs de sumo ont baigné dans l’amour du peuple pas pour longtemps: en 1868 le Japon a cessé d’être l’état fermé, et pour le sumo, qui a été déclaré la relique, il y a eu des temps difficiles. L’intérêt pour la lutte n’est revenu que des décennies plus tard. À cette époque, les Européens avaient commencé à apporter du pain dans le pays.

Auparavant, les habitants se passaient de produits de boulangerie et mangeaient du riz et les interdictions de consommer de la viande avaient été levées. Le Hinkaku est inoculé dans les clubs où vivent en permanence des lutteurs professionnels. Dans le sumo amateur, il n’y a pas de révérence pour le hinkaku et pas de règle de résidence permanente.

Aime ce poste? S'il vous plait partagez avec vos amis:
Pause AR