La vallée des poupées par Ayano Tsukimi

Il ne reste plus que quelques dizaines de personnes dans ce village. Ayano Tsukimi a 64 ans. Elle est retournée dans son village natal il y a onze ans et l’a depuis peuplé d’une armée de poupées faites à la main qui ressemblent à des personnes qui n’y vivent plus. Elle explique que tout a commencé lorsqu’elle a eu besoin d’un animal en peluche parce que les graines qu’elle avait plantées dans le jardin ne prenaient pas.

Elle l’a fait ressembler à son père, d’où l’idée de recréer tous ceux qui ont vécu dans le village. Il s’agissait en partie d’attirer de nouvelles personnes. Je pensais que les gens seraient intéressés et s’arrêteraient pour prendre une photo si je plaçais les poupées à l’entrée de la vallée, explique Tsukimi. Je les fais travailler dans les champs ou attendre le bus.

L’héroïne du film ajoute que la fabrication de poupées bizarres ne l’intéresse pas. Ses créations en peluche doivent s’intégrer naturellement dans le paysage comme leurs prototypes vivants. Tsukimi fabrique des poupées à partir de paille, de chiffons et de vieux vêtements. Elle a plus de 350 poupées à son actif.

Elle a beaucoup de mal avec les visages, sauf avec les grands-mères, qui sont son point fort. Le plan de Tsukimi pour attirer l’attention sur le village a admirablement réussi. Grâce à son marathon créatif, Nagoru a été inclus dans la liste des destinations touristiques du Japon l’année dernière.

Aime ce poste? S'il vous plait partagez avec vos amis:
Pause AR