Ils veulent retourner les ours à Pushcha

En augmentant d’un facteur 1,5 la zone protégée du parc national, qui représente aujourd’hui plus de 50 000 hectares, il sera possible de ramener l’ours brun dans la zone forestière. L’objectif du projet est de restaurer Pushcha dans son état d’origine. Cela implique de rétablir les liens de l’écosystème qui ont été détruits par l’activité humaine en d’autres termes, de rétablir la pyramide alimentaire, dont l’ours brun est le sommet.

Les experts soulignent que la forêt est actuellement envahie par les ongulés, qui ont dévoré le sous-bois. Les prédateurs sont au sommet de la pyramide alimentaire et constituent un facteur important pour le nombre d’ongulés, et donc pour la régénération de la forêt. Les grizzlis sont l’un des plus grands prédateurs, et pour une forêt aussi vaste, il est certainement nécessaire d’équilibrer l’ensemble de la pyramide des nutriments.

Les défenseurs de la nature affirment que le système doit être conçu pour garantir un taux de réussite élevé. La conception du programme de réintroduction doit permettre de savoir clairement combien d’animaux sont nécessaires, à quel âge et où ils seront relâchés. Pendant les années d’avant-guerre et de guerre, les ourses enceintes étaient relâchées dans la forêt et leurs oursons naissaient.

Ces animaux ont été amenés de zoos, mais ils n’ont pas pris racine. Selon le Livre rouge, il n’y a pas plus de 100-110 ours bruns dans les forêts. Cela est dû à l’augmentation des activités d’exploitation forestière dans le principal habitat de l’ours, dans le nord du pays.

Aime ce poste? S'il vous plait partagez avec vos amis:
Pause AR